La réforme protestante
et l'économie
Un nouveau regard sur le travail, l'argent et la richesse

par Monsieur Michel JOHNER, professeur d'éthique à la Faculté libre de Théologie d'Aix en Provence

Résumé de la conférence du 16 janvier 2010

Le lien historique entre prospérité économique et protestantisme est connu ; mais les opinions divergent sur son explication. En fait, on ne peut comprendre ce lien qu'en partant du regard que la foi protestante porte sur le travail et l'argent; ensuite bien connaître la position de Calvin sur le prêt à intérêt (on entend dire souvent que Calvin serait le "père" du capitalisme) ; et terminer par une critique des positions bien connues, mais contestables, de Max Weber sur cette question.

Disons, pour conclure qu'il y a clairement chez Calvin une rapport très concret entre le théologique et le social. Pour autant, est-il le "père" du capitalisme ? S'il est vrai qu'en levant l'interdiction du prêt à intérêt, il a permis une accélération importante du développement économique, le capitalisme d'aujourd'hui, sauvage, individualiste, sans éthique sociale, subordonné à la seule loi du profit, aurait sûrement attiré de sa part la condamnation la plus ferme. L'actualité de Calvin, en ce domaine, ce sont les règles qu'il a données pour encadrer la pratique du prêt à intérêt et que l'on rappelait plus haut.


retour